La com’ remplace la démocratie municipale

Le débat empêché

« Trop de démocratie tue la démocratie ! », la municipalité des Herbiers a dû faire sienne cette nouvelle maxime. Ainsi a-t-elle a pris des mesures radicales :

  • Diminution des conseils municipaux de neuf à cinq par an ;
  • Diminution des conseils communautaires de neuf à six par an ;
  • Forte diminution du nombre des commissions municipales et communautaires ;
  • Surcharge des ordres du jour, qui nuit aux débats (le 5 mai dernier : intervention extérieure d’une heure, suivie de 47 délibérations sur 47 sujets différents) ;
  • Déplacement du débat d’orientation budgétaire (54 M€), LE débat de l’année, à la 39ème délibération ! Ce sujet est normalement traité dans les premiers afin de permettre les échanges que les orientations des trois années à venir nécessitent. Apparemment, le débat budgétaire n’est plus la priorité, à moins que ce soit le débat tout court qui ne soit plus d’actualité.

Pour justifier tout cela, on nous parle d’une rationalisation des coûts. C’est en réalité un bon moyen d’empêcher les expressions contraires, surtout que l’information est donnée avec beaucoup de réticence dans les commissions. Pour nous, il s’agit avant tout d’un rétrécissement de la démocratie municipale à marche forcée.

Autres exemples du déni de démocratie

La démocratie municipale, c’est aussi la façon dont est géré le personnel de la ville. Ainsi, au nom de cette rationalisation, la directrice-adjointe de la Maison de la Petite-Enfance, très investie et reconnue dans son poste, a été remerciée de façon brutale au bout de quatre ans de travail. Au-delà du fait que les raisons réelles de son renvoi restent très floues, c’est la méthode employée qui a le plus choqué.

La municipalité a réalisé un guide à l’attention des familles. Défini dans les grandes lignes en commission, il est sorti avant que les conseillers municipaux puissent donner leur avis. Dommage ! On aurait pu y éviter certaines erreurs comme le congé maternité… « de six semaines », l’annonce d’une permanence du Centre d’Information Familial et Féminin qui n’existe plus aux Herbiers. On aurait pu surtout évoquer le Planning Familial, qui fournit entre autres des informations précieuses sur la sexualité et la contraception. Mais – et c’est là que le bât blesse – toute information n’est pas bonne à dire…

Les conseils d’école ont été mis en place afin d’élaborer les projets éducatifs avec les élus. Encore faut-il que les dates de réunion ne soient pas changées au dernier moment de façon arbitraire, comme l’a fait la municipalité à diverses reprises. Elle n’a pas hésité, en outre, à fixer un comité de pilotage tellement tardif (le 25 juin) que l’essentiel aura été décidé en amont, notamment le règlement des temps d’activité périscolaires.

La com’ remplace la démocratie

 Mais l’important est sûrement ailleurs… Car nous avons désormais un journal municipal mensuel et non plus trimestriel. Là, il n’est pas question de rationalisation des coûts, bien au contraire. Cela permet de renforcer la communication de notre députée-maire, et son image peut s’y afficher très régulièrement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *