L’évolution des communes et de leurs populations

Notre avenir passe par le Bocage (2)

 Dans notre tribune du mois précédent, nous rappelions dans quelles circonstances un schéma de cohérence territoriale (SCoT) venait d’être proposé pour tout le Nord-Est-Vendée. Un ScoT, c’est un projet de territoire qui aborde tous les domaines pour les 15 ou 20 ans à venir. Une opportunité pour les communes et les communautés de communes concernées de réfléchir ensemble à leurs souhaits, à la répartition de leurs rôles respectifs, à l’équilibre entre développement et protection des ressources, ainsi qu’à la mise en commun de leurs équipements.

Ce mois-ci, nous abordons le contenu de ce programme avec les rôles des communes et l’évolution de leur population.

Les communes n’auront pas toutes la même vocation

Les Herbiers et Montaigu se voient confier le rôle majeur de « pôles de Pays ». Suivent des pôles dits « structurants » comme Mortagne et Pouzauges, et des pôles « d’appui » telles Mouchamps et Les Epesses. Viennent enfin les plus petites communes, qualifiées de pôles de « proximité ». Dans chacune de ces collectivités, la programmation de l’habitat, du commerce, du développement économique et des équipements dépendra de ce classement. Chaque type de pôles se voyant confier une vocation différente, plus ou moins urbaine, résidentielle ou économique.

Les fusions en cours ne sont pas prises en compte.

Ce qui est très curieux. La transformation prochaine du pôle de Montaigu en communauté d’agglo, par exemple, va pourtant lui donner un rôle prépondérant au sein du pays du Bocage. Par ailleurs, la fusion de communes dites de proximité devrait les faire passer rapidement à un statut de pôle d’appui voire de pôle structurant. Or le ScoT s’impose dès maintenant aux collectivités, et il n’est révisable que tous les 6 ans …

Les populations vont évoluer différemment

Les documents d’urbanisme locaux (PLU et PLUI) devront être conformes au maillage des pôles décrit ci-dessus, donc respecter leurs objectifs variés quant à l’augmentation de la population. Nous sommes d’accord sur ce principe de différenciation selon les types de pôle, mais nous nous interrogeons sur le volume global fixé : En l’espace de 15 ans, le Pays du Bocage projette de passer de 180 000 à 215 000 habitants, soit une augmentation de plus de 20 %. Le pôle urbain Les Herbiers-Beaurepaire, lui, doit grossir de 18 400 habitants aujourd’hui à 23 150 en 2030, soit plus 25,8 % ! Qu’est ce qui peut justifier une telle course en avant ? Il nous paraît plus raisonnable de prévoir une croissance démographique soutenable sur le plan social comme environnemental.

Pendant la même période, les populations de St Mars, St Paul, Mesnard et Vendrennes doivent progresser de 17 %. On demande donc ici aux petites communes de baisser leur rythme de croissance actuel et aux Herbiers de l’augmenter ; l’objectif général étant de densifier plutôt les pôles urbains et de protéger les petites communes. Le principe de ce mouvement croisé nous semble, lui, plus cohérent, surtout du fait qu’il cherche ainsi à limiter les obligations de déplacement (travail, loisirs, services), avec pour conséquence des économies de temps, d’argent et une diminution de la pollution.

Où l’on voit qu’une très forte coordination (fusion ?) de nos huit communes actuelles est plus que jamais nécessaire pour planifier tout cela.

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *