Des outils de démocratie locale

La démocratie ne s’arrête pas le soir des élections. Sur le plan local, au-delà des conseils, elle nécessite des structures adaptées dont le but est de maintenir un lien fort entre élus et électeurs, mais aussi de se donner des règles qui rendent possible un véritable fonctionnement démocratique.

 

Maintenir un lien fort entre élus et électeurs

Sur ce premier point, il existe déjà des dispositifs de ce type aux Herbiers : le Conseil des sages et le Conseil des enfants. Ceux-ci pourraient être étendus à d’autres classes d’âge (Conseil des ados ?). L’initiation à la vie démocratique n’est pas une question d’âge !

En plus des structures électives, tout ce qui rapproche les habitants d’un quartier et renforce les liens de solidarité mérite d’être encouragé : maintien des commerces de proximité en centre-ville et des services de santé, covoiturage pour les personnes âgées, encouragement au développement de la vie associative, panneaux d’affichage à l’usage des riverains, etc.

D’autres structures qui impliquent tous les citoyens – et qui existent déjà ailleurs – peuvent être envisagées, parmi lesquelles les Maisons de services au public (Lieu unique où les usagers, particuliers ou professionnels, sont aidés dans leurs démarches de la vie quotidienne), ainsi que les Conseils de quartier et leurs budgets participatifs (5 à 7 % du budget d’investissement mis à disposition des habitants pour financer des projets, soumis ensuite au vote).

Rien n’interdit également d’élargir les commissions municipales ou communautaires, selon les thèmes abordés, aux associations ou personnes concernées. Ou d’intéresser davantage la population à la participation aux Comités consultatifs des services publics locaux (Piscine, service public d’assainissement, …) ; une collectivité locale peut d’ailleurs créer des comités consultatifs sur tout problème d’intérêt local.

Enfin, depuis la loi NOTRe (juillet 2015), notre communauté de communes est tenue de créer un Conseil de développement (Constitué de bénévoles issus de la société civile, il permet la consultation et des propositions sur les politiques publiques locales). Mais malgré notre relance au conseil, rien n’a été fait pour cela à ce jour.

 

Des règles de fonctionnement démocratique

Sur ce deuxième point, c’est pour la majorité quelle qu’elle soit le souci de ne pas abuser de sa force et, pour la minorité, de ne pas empêcher les prises de décision en détournant à son profit les règles de procédure. La démocratie, c’est accepter le désaccord, permettre la discussion, échanger des arguments. C’est accepter peut-être d’avoir tort, et pourquoi pas de changer de position. Il ne s’agit pas pour autant d’aboutir obligatoirement à un consensus, mais bien de faire apparaître les divergences d’appréciation et les enjeux après qu’ils aient été bien identifiés.

Il est vrai que cela demande du temps et de l’écoute réciproque, et donc des réunions suffisamment fréquentes du Conseil municipal ; cela demande aussi des commissions où l’on puisse réellement échanger. Ce qui n’est pas le cas aujourd’hui aux Herbiers.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *