Ils veulent plus d’énergies renouvelables locales

Article de Ouest-France – 23.10.2018

Produire davantage d’énergies propres au Pays des Herbiers, tout en travaillant pour le bien commun, tel est l’objectif de l’association qui est en train de se créer. Tout reste à imaginer.

L’initiative

Les énergies renouvelables, c’est leur moteur. Une trentaine de personnes se sont réunies, la semaine dernière, à l’initiative de Jean-François Dennu (Les Herbiers), Bruno Joguet (Vendrennes) et Paul Vieille (Mouchamps). Elles ont en commun le souci de l’environnement et du développement durable. Et surtout, elles veulent agir.

Le but de la rencontre était de faire connaissance, mais aussi d’esquisser les contours d’une association qui portera des projets participatifs de production d’énergies propres. Gages de sérieux, le Réseau Energies Citoyennes, en Pays de la Loire, et l’association yonnaise Elise, épaulent le groupe.

Le travail ne fait que commencer. « Tous ceux qui souhaitent s’investir sont les bienvenus », indiquent Paul Vieille. Plus il y aura de gens impliqués, plus les projets seront à même de recueillir le cofinancement des banques, des entreprises et des particuliers.

Charbon, pétrole et gaz dans le viseur

Réchauffement climatique, pollution de l’air… l’enjeu est immense. « L’augmentation des concentrations des gaz à effet de serre (GES) se traduit par une élévation très rapide de la température moyenne de la Terre et de son atmosphère », indique le Plan climat énergie territorial (PCET) du Pays des Herbiers. Le principal coupable est connu : c’est le gaz carbonique « provenant de la combustion du charbon, du pétrole et du gaz ».

La sonnette d’alarme est tirée depuis longtemps. La France ambitionne de diviser par quatre ses émissions de GES en 2050, par rapport à 1990. A court terme, la part des énergies renouvelables doit atteindre 23 % de la consommation brute finale de 2020. Il y a deux ans, elle était à 16 %, d’après le ministère de la Transition énergétique et solidaire, loin « derrière le nucléaire, les produits pétroliers et le gaz ».

Un gros retard au Pays des Herbiers

Le Pays des Herbiers accuse un gros retard. « Nous ne sommes qu’à 6,7 % d’énergies renouvelables en matière d’électricité, avance l’ex-agriculteur bio de Mouchamps. « Nous avons aussi un peu de méthanisation et de bois. »

Les collectivités sont invitées à agir. Les privés aussi. Pour Paul Vieille, ceux-ci ont un rôle décisif à jouer. Il y a beaucoup à faire… et tout à gagner. « Les ménages consacrent en moyenne 5 000 € en énergie électrique d’origine fossile par an pour le chauffage, les transports… observe-t-il. C’est une perte sèche et tout cela est produit en dehors du territoire. »

La solution est dans le constat : il faut investir et produire ici. « Les projets participatifs affichent une faible rentabilité financière, mais celle-ci reste énorme face à une dépense qui ne rapporte rien. Sans compter la création de valeur localement. »

Quels projets pourraient voir le jour ? Il est trop tôt pour le dire. « Nous parlons de mixité énergétique, il faudra étudier nos ressources naturelles au cas par cas », indique Paul Vieille. Dans tous les cas, il s’agit de travailler « pour le bien commun » avec le souci de faire consensus. Deux leviers seront actionnés à chaque fois : « l’information et la concertation ».

Roselyne Séné

 

 

 

 

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *