Des vœux sous forme de meeting politique

A l’occasion de ses vœux à la population, Mme Besse s’est surtout souhaitée à elle-même une bonne réélection aux prochaines municipales. Pour cela, elle a mis les bouchées doubles en se lançant dans une grossière tentative de récupération des Gilets jaunes. Elle a peur qu’une liste « Jaune » soit montée, ce qui pourrait la priver d’une bonne partie de ses voix.

En matière de populisme, elle marche dans les pas de Marine Le Pen, sans toutefois oser le dire :

Mme Besse a bien compris que les lignes politiques ont bougé, et qu’il y a un grand danger pour elle à se retrouver dans le camp des élus, professionnels de la politique, actuellement sur la sellette. Elle veut tout faire pour s’en dissocier et apparaître dans celui des Gilets jaunes (voir aussi le terrain prêté et sa photo à leurs côtés – OF du 08/01/2019 et l’affichage pro-Gilets jaunes fait « à l’insu de son plein gré » à l’office du tourisme -OF du 12/01/2019) :

  • Elle n’a pas de mots assez durs contre les élites parisiennes. Or, en tant que députée, elle a pendant de nombreuses années passé le plus clair de son temps à Paris. Et elle en est partie uniquement parce que l’interdiction du cumul des mandat l’y a obligée.
  • Cumul que dénoncent également les Gilets jaunes, or Mme Besse a été une farouche opposante à cette interdiction de cumul des mandats.
  • Elle est en effet une professionnelle de la politique, ce que dénoncent également les Gilets jaunes. Lesquels demandent notamment une part conséquente d’élus tirés au sort et renouvelés après chaque mandat.

Par ailleurs, contrairement à ce que réclament les Gilets jaunes, elle a toujours refusé de mettre en place des outils de démocratie de proximité aux Herbiers :

  • Pas de conseils ni de budgets de quartiers,  
  • pas de commissions municipales ouvertes à la population,
  • pas de référendums locaux,
  • pas de conseil de développement (contrairement à la loi) , qui devrait associer la population aux décisions.
  • Les conseils municipaux et communautaires ont diminué, pendant que les budgets communications augmentaient de manière exponentielle…
  • Les réunions de quartiers, organisées à l’approche des municipales, ne sont que de l’information descendante et n’ont rien à voir avec la démocratie participative. Elles sont surtout des meetings de pré-campagne électorale.

En résumé, nous avons assisté au meeting d’une professionnelle de la politique très soucieuse de ne pas perdre son job en 2020. Ce qui, sous couvert de vœux à la population, est tout à fait déplacé.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *