Des poissons morts sur 14 km…

La pollution récente du ruisseau Le Longuenay * montre que nous devons redoubler de vigilance à l’égard des atteintes à l’environnement. C’est une question de santé publique : au Pays des Herbiers, l’eau qui alimente les robinets provient de nos cours d’eau. Polluer Le Longuenay revient donc à empoisonner l’eau destinée à la consommation humaine. C’est aussi une question de finances : la dépollution augmente notre facture.

En Vendée, la situation est déjà particulièrement dégradée : seulement 1 % des cours d’eau sont en bon état écologique ! Alors que l’objectif français est de 37 % en 2021. Tout doit être mis en œuvre pour aider l’Agence de l’eau Loire-Bretagne dans cette reconquête, au niveau local comme national.

Au niveau local, depuis le 1er janvier 2018, c’est de la responsabilité de notre communauté de communes (compétence Gemapi). Au niveau national, nous demandons un renforcement de la législation afin que le pollueur soit considéré par la Justice comme un empoisonneur.

L’eau est un bien commun dont la gestion ne tolère pas la moindre faiblesse. C’est aussi une denrée qui va devenir rare, et l’accès à cette ressource vitale doit être préservée.

  • Voir Ouest-France du 02.04.2019 (Les Herbiers) : « Un ruisseau pollué : une plainte déposée. La Fédération départementale de la pêche entend porter plainte contre X, ce mardi. Dans la région des Herbiers, un ruisseau est pollué. Des poissons morts flottent sur quatorze kilomètres. …/… »
  • Crédit photo : Ouest-France.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Forum Citoyen dit :

    Ce n’est malheureusement pas le seul cas aux Herbiers. On peut voir, par exemple, à proximité de St-Paul-en-Pareds, les effluents d’élevage d’une ferme, déborder dans le fossé adjacent et se déverser directement dans le Petit-Lay. Et il ne s’agit pas, dans ce cas, d’un accident mais d’un état de fait quasi permanent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *