Retour sur la cérémonie du 11 novembre 2018

ToussTouss, un groupe de citoyens herbretais, avait lancé son site il y a quelques mois : https://tousstouss.wixsite.com/toustousslesherbiers

Celui-ci présente « 10 bonnes raisons de tousser aux Herbiers. » Il vient d’en ajouter une onzième intitulée « Hommages se transformant en discours d’extrême droite. »

On y trouve un grand nombre d’articles, de discours, parfois de vidéos montrant les liens étroits entre la maire des Herbiers et des officines d’extrême droite. Avec la défense des mêmes valeurs.

Deux discours sont pointés dans ce onzième thème. Le second à l’occasion de l’inauguration récente de la place Arnaud Beltrame, aux Herbiers. Nous avons déjà eu l’occasion de nous exprimer sur cet hommage (post ci-joint), où l’on voit Mme Besse faire un amalgame scandaleux entre terrorisme islamiste et islam.

Le premier est pour nous une découverte : il s’agit du discours prononcé par la maire des Herbiers lors de la cérémonie du 11 novembre 2018.

Elle y fustige notamment les « préjugés stupides du XIXème sciècle« . Sans doute vise-t-elle ici la IIIème République lorsqu’elle met fin
aux mesures prises par le gouvernement d’Ordre moral. Avec les
lois sur la liberté de la presse, le syndicalisme, le divorce, la séparation des Eglises et de l’Etat, l’école publique, la laïcité… Nous y reconnaissons bien sa patte légitimiste (pour un retour au régime qui a précédé la Révolution française).

On peut aussi y lire : « ces noms des Herbretais morts pour la France… J’ai été frappée par la sonorité des noms. Ces noms ce sont les nôtres… » Quel scoop ! Les Herbretais ont des noms d’Herbretais !… Si elle veut dire par là que beaucoup de Français sont morts pour la France, on ne peut malheureusement que l’approuver. Par contre si elle sous-entend qu’aucun étranger n’a pris part à la guerre 14-18, nous lui suggérons de prendre des cours d’histoire et de se pencher sur le sort des soldats coloniaux qui sont venus donner leur sang pour la France : tirailleurs maghrébins, sénégalais et autres subsahariens, malgaches, indochinois… Ils y sont morts par dizaines de milliers.

La maire des Herbiers les remercie, eux et leurs descendants, parfois migrants, de la manière suivante : « Nous ne sommes pas de ces itinérants sans mémoire, de ces nomades sans identité, nous sommes Français parce que nos noms sont sur le monument aux morts. » Ici ou ailleurs, ils apprécieront.

Enfin, l’extrait qui suit est un concentré de la vulgate d’extrême droite, avec toujours le même fil rouge : la primauté de la civilisation occidentale blanche et chrétienne, le rejet des autres et le repli mortifère sur soi :
« Les menaces qui pèsent sur notre peuple ne sont sans doute pas moins graves ni moins urgentes que celles qui pesaient sur les épaules de nos pères : un relativisme niveleur, une haine de soi et de son histoire, une disparition de la limite, une immigration de remplacement, un mondialisme destructeur des singularités et des identités, une trahison des élites, un terrorisme aveugle, une culture de mort avec laquelle il ne peut y avoir de paix. »

A préciser que cette litanie populiste a été prononcée, notamment, devant des enfants de nos écoles.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Forum citoyen dit :

    On emploie beaucoup le terme « extrême droite » pour qualifier le positionnement politique de V. Besse. Mais depuis quelques années, dans ce cas, il est plus souvent question de « populisme », même s’il est vrai que celui-ci peut-être d’extrême gauche. En tous les cas, pas de doute, il s’agit bien ici d’un populisme d’extrême droite : Une vision simpliste de la société, où un peuple supposé uni, pur et infaillible représente le camp du « bien », et où une élite supposée totalement dévoyée représente le camp du « mal ». L’extrême droite range aussi dans ce camp tout ce qui ne serait pas « le peuple » – à ses yeux forcément blanc et chrétien -, à savoir les étrangers. D’où l’expression, dans le discours ci-dessus, d’ « une immigration de grand remplacement ». Laquelle fait référence à la thèse de l’essayiste d’extrême droite Renaud Camus, qui prétend que tout accueil d’étrangers (non européens) provoquerait à terme la disparition de « notre civilisation » – toujours blanche et chrétienne bien sûr. Moralité : les populistes sont pour le repli sur soi, fut-il mortifère, et pour l’érection de barrières totalement étanches autour d’une « civilisation pure ». Délire total bien sûr : les migrations ont existé de tout temps et existeront toujours. Sans parler de notre intérêt moral, économique et culturel aux brassages des populations. L’enfermement sur soi, c’est à terme la fin de la civilisation, alors que l’échange est la condition même de la vie. D’ailleurs notre société actuelle n’est que le fruit d’échanges permanents, et pas une société figée qui existerait depuis la nuit des temps.

  2. Forum citoyen dit :

    L’écrivain en question, Renaud Camus, a été condamné en 2014 pour provocation à la haine contre les musulmans. Cette condamnation a été confirmée en 2015 après appel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *