L’avenir du Pays des Herbiers passe par le train

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Forum citoyen dit :

    Sous le titre « Et si la ligne de train Cholet-Les Herbiers ouvrait ? », Ouest-France annonce que la Région lance un appel d’offres pour une étude de faisabilité (OF-04.10.2019). Une pré-étude a déjà été réalisée, qui indique que « les temps de parcours seront compétitifs par rapport à la voiture et le service offert pourra être attractif. » Le rapport ajoute que « Les migrations quotidiennes domicile-travail ont explosé, passant pour la Vendée de 43 000 en 1975 à 159 000 en 2007. Alors que les transports en commun en Vendée n’assurent que 0,7 % des déplacements quotidiens domicile-travail contre 4,6 % dans la région. La ligne doit être rénovée complètement ainsi que le raccordement à la ligne Clisson-Cholet à la bifurcation de St Christophe-du-Bois. » L’étude de faisabilité qui va être lancée par la Région portera sur le potentiel de fréquentation, une seconde sera réalisée courant 2020 sur l’infrastructure. Pour le Puy-du-Fou l’enjeu est majeur : une desserte ferroviaire devrait pouvoir assurer 10 à 20 % des acheminements. Hypothèse prudent de la pré-étude : »
    il pourrait y avoir environ 460 000 voyages par an en TER. »

  2. Forum citoyen dit :

    « Transport-Rail », le webmagazine ferroviaire (oct. 2019) propose également un article sous le titre  » CHOLET-LES HERBIERS : UNE REOUVERTURE UTOPIQUE ? ». Suite à l’abandon du projet de NDDL, le préfet Rol-Tanguy avait été chargé par le gouvernement d’évaluer les possibilités d’amélioration de la desserte de la Bretagne et des Pays de la Loire. Figure dans ce rapport une allusion à la réouverture de la ligne de St Christophe-du-Bois aux Herbiers (21 km). Il indique que la RD160 reliant Cholet à La Roche-sur-Yon supporte un trafic relativement soutenu, avec 8 600 véhicules/jours en 2016. Et l’autoroute A87 qui la double est empruntée par 11 000 à 14 000 véhicules par jour. Elément indissociable, le Puy du Fou a tout de même attiré 2,3 millions de visiteurs en 2017. Cette étude évoque un potentiel assez conséquent de voyageurs pour la possible future ligne, de l’ordre de 700 000 par an. Soit l’équivalent du trafic actuel entre Angers et Cholet. Le trafic lié au Puy du Fou serait de nature à doubler la fréquentation en basse saison, passant de 1000 à 2000 voyageurs par jour. Il faudrait donc envisager le prolongement aux Herbiers. Avec une formule couplée train + Puy du Fou, le succès serait assez probable. Pour limiter les coûts, plusieurs solutions sont proposées : ne pas imposer la suppression totale des passages à niveau ; placer la ligne dans le domaine du décret Sécurité des Transports publics Guidés (STPG) (?) ; demander la participation au Puy du Fou à hauteur des frais qu’il engagerait sans cela pour la liaison autocar avec Angers sur une période de 20 ou 30 ans. Bémol apporté par le site web : on ne sent pas un grand enthousiasme de la Région sur ce dossier…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *